Le cycle de Chanur de C. J. Cherryh

Le cycle se déroule au sein d’une Communauté spatiale qui regroupe sept races : les Hanis, les Mahendo’sat, les Kif, les Stsho, les T’ca, les Chi et les Knnn. Les quatre premières respirent de l’oxygène, les autres du méthane et restent tout le long du cycle les espèces dont les motivations sont les plus obscures.

Portrait d'une hani, un humanoïde félin

Les romans sont centrés sur les Hani, race d’humanoïdes félins qui ont accédé au voyage spatial grâce aux Mahendo’sat. Chaque clan hani est organisé comme les lions : un mâle entouré et protégé par ses sœurs, ses épouses et ses filles, jusqu’à ce qu’un mâle plus jeune prenne sa place par la force. Considérés comme instables et violents, les mâles n’ont pas accès à l’espace car jugés trop dangereux dans un vaisseau spatial.

Le cycle de Chanur compte cinq livres : Chanur / L’Épopée de Chanur / La Vengeance de Chanur / Le Retour de Chanur / L’Héritage de Chanur. Les quatre premiers suivent les aventures de Pyanfar Chanur, à la tête du vaisseau l’Orgueil de Chanur, le dernier est centré sur sa nièce Hilfy Chanur qui dirige l’Héritage de Chanur.

L’histoire débute lorsque Pyanfar recueille à son bord Tully, le représentant d’une nouvelle espèce, les humains. Pour échapper aux Kif qui ont torturé Tully, l’Orgueil de Chanur doit fuir et Pyanfar va devoir conclure des alliances inattendues. Cela va faire d’elle et de son équipage des hors-la-loi aux yeux de son gouvernement planétaire. Pyanfar Chanur se distingue des rampantes à la tête de sa planète car à force de côtoyer les autres races, elle a acquis une plus grande ouverture d’esprit. L’apparition de Tully va non seulement mettre en péril l’équilibre régnant jusque là dans la Communauté, mais aussi bouleverser la société hani. Le fait qu’il s’agisse d’un mâle va changer la vision de certaines des Hani sur les mâles de leur propre espèce.

Je ne vais pas rentrer plus dans les détails : je pense qu’il vaut mieux les découvrir en lisant les romans. C. J. Cherryh a réussi à créer des espèces qui ont chacune leurs propres cultures et des motivations particulières. J’aime beaucoup les Hani mais il est vrai que, dès qu’il s’agit de félins, j’ai un apriori positif.

Je trouve les deux premiers romans un peu lourds au niveau du style, mais l’histoire est prenante : retournements d’alliances, trahisons politiques et voyages dans l’espace, le cycle de Chanur est à conseiller aux amateurs de space opera.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s