Le Monde d’Après (Extrait)

Une lumière atténuée par des bancs de brouillard filtrait par une grande fenêtre à petits carreaux, soulignant les contours fantomatiques de la scène qui se déroulait sous mes yeux. Une jeune femme assise de trois quarts dans un fauteuil à haut dossier. Je ne distinguais que la courbe de son visage et son oreille délicatement ourlée au lobe ornée d’une perle. Ses cheveux clairs étaient ramenés en chignon bas sur sa nuque. Elle portait une robe sombre qui semblait de coupe ancienne, tout comme la décoration de la pièce dans laquelle elle se trouvait me paraissait sortie d’un livre d’histoire. Elle ne paraissait pas avoir conscience de ma présence, concentrée sur une tâche que je ne parvenais pas à distinguer.

Je n’avais pas de point de comparaison, n’ayant pas eu le temps de grandir et d’engranger des images du Monde d’Avant, mais quelque chose clochait. Je n’osais pas m’avancer, mais je me décalais pour mieux voir l’inconnue. Elle tenait ce qui ressemblait à un petit tambour sur ses genoux et dans lequel elle piquait régulièrement une aiguille. Je compris qu’elle brodait, activité qui, pour ce que j’en savais, était désuète bien avant l’Évènement.

Elle avait des mains petites et blanches, aux longs doigts fins. Des mains charmantes, à l’exception de ses ongles : sales, noirs et ébréchés comme si leur propriétaire avait passé plusieurs heures à retourner la terre et n’avait pas jugé nécessaire de les nettoyer avant de se mettre à son ouvrage. Je me haussais sur la pointe des pieds pour avoir un meilleur point de vue sur le motif qu’elle brodait. Il était noir et je reconnus au bout de quelques instants la forme d’une araignée.

Je rabaissais les talons le plus silencieusement possible, la poitrine oppressée. Le seul bruit était celui d’une immense horloge dont le pendule découpait le temps avec un tic-tac sinistre. La femme leva son bras d’un coup sec et cassa le fil. Elle se mit à rire, un rire caquetant de vieille folle et leva le tambour à hauteur de son visage.

Je reculais, la main sur la poignée de la porte. L’araignée qu’elle venait de broder s’ébroua, grossit, passant d’une dimension à l’autre avec un bruit de déchirure. La robe de la femme se mit à grouiller et je réalisais avec horreur que ce que j’avais pris pour des motifs était une multitude d’araignées qui s’était tenue immobile le temps que la femme finisse leur sœur. Je claquais la porte et gardais la main accrochée à la poignée, redoutant de sentir cette dernière bouger.

Je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s