Amy Girl de Bari Wood

Enfermée dans un placard, la petite Amy âgée de huit ans assiste impuissante au meurtre de sa mère par son père. Sauvée in extremis grâce à l’intervention de son oncle, Amy se découvre une étrange capacité psychique, un vent froid dans la tête, qui influence les gens qui l’entourent. Touché par son histoire, elle est adoptée par un policier qui ignore le danger qu’il va faire courir à sa famille.

Amy est un personnage à la fois touchant et terrifiant. On ne peut pas s’empêcher d’espérer que le sort va cesser de s’acharner sur elle. La fin ne me plait qu’à moitié, mais je vous recommande la lecture de ce roman qui a bien sa place dans la collection Terreur.

Gros problème de Dave BARRY

Prenez Coconut Grove, un quartier de Miami. Ajoutez-y trois paumés, deux trafiquants d’armes russes et un homme d’affaires malhonnête. Assaisonnez avec des tueurs à gages, des policiers et quelques badauds. Relevez avec une arme de destruction massive. N’oubliez pas l’un des chiens les plus stupides de la littérature. Secouez-bien : vous obtiendrez un roman drôle et plein de rebondissements.

Gros problème est le premier roman de Dave Barry, un journaliste américain. Je dirais que pour un premier essai, c’est un coup de maître. On ne s’ennuie pas un seul instant : ce roman est un petit bijou d’humour déjanté, parfait pour remonter le moral. Je me permets de vous livrer la description de Roger, le chien. « Roger était l’improbable résultat de plusieurs générations de coïts canins hâtifs et non planifiés : entre autres caractéristiques, il avait le châssis surbaissé d’un teckel, les oreilles en pointe d’un berger allemand, l’enthousiasme d’un labrador, le moignon caudal d’un boxer et l’intelligence d’un pied de céleri. »