Encore la Dame au Chapeau

« La première fois que j’ai posé des questions sur la Dame au Chapeau que j’avais aperçu sur la falaise, personne ne m’a répondu au village. J’ai senti que beaucoup évitaient soigneusement de croiser mon regard. Je ne leur en ai pas voulu. Je venais de m’installer, ils ne me connaissaient pas vraiment : on ne confie pas ses secrets au premier venu. Bien plus tard, je réalisais que leur silence avait une autre raison. Mais n’anticipons pas. »

La Malédiction des Abysses

Talek avait attendu des mois que toutes les conditions soient réunies, de plus en plus impatient. Pourtant, il avait failli renoncer. Ces dernières semaines, la sensation d’être observé l’avait incité à la prudence. Mais aucun étranger n’était venu au village depuis une demi-décade. Les autres s’étaient barricadés en prévision de la tempête.

Il avait attendu le milieu de la nuit pour se glisser dans l’océan déchaîné. Talek n’avait jamais eu peur des tempêtes. Meilleur nageur du village, il était le dernier descendant d’une illustre lignée de plongeurs. Ce qu’il allait chercher lui permettrait de regagner la place perdue depuis la déchéance de son père.

Après plus de deux heures, Talek émergea près du vieux ponton du Pendu. Il avait choisi cet endroit après mûres réflexions : suffisamment éloigné du village pour ne pas être surpris par un insomniaque, suffisamment proche pour que le transport ne soit pas trop pénible. Il propulsa le coffre sur les planches vermoulues et se hissa à sa suite.

Alors qu’il était sur le point de laisser exploser sa joie, son sang se figea : il n’était pas seul…

Lire la suite

Ile déserte

Au collège et au lycée, je passais mon temps à griffonner dans mes cahiers. On peut dire que je n’ai jamais vraiment arrêté. L’un des dessins récurrents que je m’amusais à faire, c’était une île déserte avec un grand soleil et quelques oiseaux dans le fond. J’ai eu envie de le refaire ce soir…

Au Tiki Bar

Ces cocktails-là portent souvent des noms comme « Feux de circulation », « Vengeance de l’arc-en-ciel » voire, dans certains débits de boissons qui attachent davantage de prix à la vérité, « Bonjour et au revoir, monsieur le neurone. »

Citation de Terry PRATCHETT